Les français plébiscitent le paiement sans contact, mais doutent des « chatbots »